STORY OF MY LIFE.

Parce que j’étais dans le métro et que je pensais à ça; que j’avais mon iPhone entre les mains et c’est pourquoi cet article sera différent des autres, mal présenté, sans mise en forme et je m’en excuse d’avance. J’avais juste besoin d’en parler, de vous en parler, de vous à moi et de moi à vous. Alors voici mon histoire.

Je m’étais perdue dans ce train à grande vitesse, dans cette course contre la montre incessante. J’ai cessé de vivre pour de mauvaises raisons, fait du tort quand je n’en voulais qu’à moi-même, beaucoup pleurer lorsque les mots n’étaient plus suffisants. J’ai réappris à vivre dans ce monde qui vit à cent à l’heure, compris alors pourquoi je me sentais différente et en marge de la société qui me rongeait et me détruisait petit à petit. Dans cette course à la minceur poussée à l’extrême, dans cette quête de la perfection, et dans cette volonté de toujours plaire aux autres, je ne me reconnaissais pas. J’ai lutté au quotidien pour accepter et apprécier mes formes telles qu’elles sont, pour ne plus avoir peur de dire ce que je ressentais et ce que j’aimais, et mieux encore j’ai réappris à aimer la vie et à la voir sous un nouveau jour. J’ai trouvé ma place infime, minime et subtile au sein de ce monde; et je suis aujourd’hui ravie de ne pas répondre à tous les critères actuels, de ne pas vivre en fonction de l’avis des autres et c’est ce qui me fait aller bien. Marginale ou non là n’est pas la question. Mais aujourd’hui encore je me demande comment j’ai pu en arriver là, comment j’ai pu me laisser abattre par des choses si futiles et inutiles, par une société qui ne demandait que ça. Mais les épreuves que j’ai traversé pendant deux longues années m’ont appris bien des choses; que la force mentale et la volonté sont la clé de la réussite, que l’on peut être apprécié tout en étant différent, mais surtout, que l’on est pas le seul dans ce cas-là. J’ai ouvert un blog dans le but de me libérer, de pouvoir parler de ce que j’aimais en toute liberté sans avoir peur du regard des autres que je craignais tant. Ça m’a libéré, aidé, quand j’en avais le plus besoin. Je suis partie 4 mois loin de chez moi, non seulement pour travailler mais également pour me prouver que j’étais capable et pour me redonner un brin de confiance en moi. Ce fut une expérience si enrichissante que j’en suis rentrée différente, et pour une fois dans ma vie, je me sentais bien, à ma place, là où je devais être. Alors ne vous laissez pas avoir par les dictats de cette dite société et de ces gens qui vous veulent sois-disant du bien. Apprenez ce qui est bon pour vous et ce qui, au contraire, ne l’est pas. N’ayez ni peur ni crainte d’en parler, que ce soit à de la famille, proches, amis, ou d’autres qui sont passés par là. C’est un grand océan dans lequel il est facile de se noyer; mais je vous promets qu’un jour tout ira pour le mieux!

Publicités

27 réflexions sur “STORY OF MY LIFE.

  1. C’est un très beau texte et tu as réussi à passer au-dessus de quelque chose dont beaucoup ne se sorte pas. Tu es passée par un combat contre Ana ou Mia si j’ai compris ton texte. Tu as été la plus forte quoi qu’il te soit arrivé et c’est le principal !

    J'aime

      1. Tu peux pas toutes les aider certaines ne sont pas prêtes d’autres ne savent pas qu’elles sont malades et tu dois aussi les éviter pour ne pas replonger je pense que certaines sont teop persuasives :/ surtout pour d’anciennes malades

        J'aime

      2. Peut-être que tu as raison. D’un côté je me dis que je comprends parfaitement ce qu’elle pense. Et je pense également qu’on ne se défait pas de ça à vie. Les tentations sont toujours là et le seront toujours, on gagne des batailles; mais jamais la guerre.

        J'aime

      3. Si tu es bien entourée et que tu en parles tu finiras par gagner la guerre même si c’est le combat d’une vie 🙂
        Si tu veux aider fais le ça peut être une thérapie aussi mais faut pas te perdre dans l’aide (et je sais de quoi je parle ^^)

        J'aime

  2. Tant mieux si tes allee au dela des dictas de la societe. Franchement cest abuse parfois genre la guette de la minceur tout en gardant les formes etc.
    C’est trop! Pourquoi ne pas pouvoir etre soi-meme sans etre tjrs juger sur l’apparence en permanence?
    Je te soutiens, je pense pareil que toi. Restons comme on est, y’a des gens qui nous apprecieront tel qu’on est et les autres j’ai envie de dire ‘fck’ hein. Comme on dit, on ne peut pas plaire a tout le monde (;.

    J'aime

      1. Je trouve admiratif le fait que tu aies partagé tout ça sur ton blog ^^ Je ne saurais pas vraiment comment t’expliquer en fait, mais en tout cas tu m’as bien inspirée 🙂 ♥

        J'aime

      2. J’ai pensé qu’à un moment il serait temps d’en parler, « d’alerter » en quelque sorte. J’y pensais depuis un moment et j’ai vu un truc dans le métro qui m’a fait que j’ai eu un déclic. Je ne pense pas que l’article restera en ligne longtemps mais j’en ressentais le besoin. Alors merci; et j’en suis ravie❤️

        Aimé par 1 personne

  3. J’ai adoré lire ton article (même pas besoin d’une belle mise en page quand on a un contenu comme le tien). Je me retrouve dans tes mots mais pas pour les mêmes raisons : par contre ce n’est pas d’un point de vu physique mais plutôt de mon comportement que je vis la même chose que toi. J’espère réussir à rebondir comme toi tu as réussi à le faire ! Et d’ailleurs je te félicite pour tout ton courage !

    J'aime

Papotons ♡

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s